Formation : Communication Bienveillante

07 - 08 - 09 Novembre 2020

Tout ce qui est vivant se transforme constamment.

 

Quand une voix pousse au changement et qu’une autre s’y oppose, il y a conflit - qu’il surgisse entre des personnes ou sous la forme d’un conflit intérieur.

 

La Communication non-violente soutient la vie en nous aidant à comprendre les besoins vitaux que chacun de nous, et chacune de nos voix intérieures, tentent de servir.

 

Elle nous donne des ressources concrètes pour nous exprimer de manière authentique et claire et pour écouter avec empathie les demandes, parfois maladroites, qui nous sont adressées.

 

Surtout, elle nous montre par la pratique qu’en prenant en compte tous les besoins apparemment contradictoires dans nos actions, on créé des modes de vie et de relation sains et résilients.

Hélène Pétry a découvert la CNV au Brésil, où elle a vécu pendant 10 ans.

En tant que professeure de sociologie à l’université à Rio de Janeiro, elle a introduit la CNV dans le cursus universitaire des futurs enseignants, et a été responsable de cette formation de 2013 à 2019.

A la fois sociologue et thérapeute bioénergéticienne elle pratique aussi bien au niveau du ressenti subtil que de la vision globale des relations humaines.

 

Découvrir et pratiquer la CNV

 

Les formations de CNV :

Les formations sont des modules d’au moins deux jours, généralement organisés par niveaux d’expérience. On y apprend par la pratique de nombreux exercices d’écoute ou d’expression basés sur notre vécu réel. C’est un processus puissant et profond qui demande d’être disposé à entrer en contact avec ce qui nous touche et nous affecte le plus, et à en parler.

Notre 1ère formation aura lieu sur 3 jours : 

Samedi        07   Nov  9h - 12h  /   14h - 17h

Dimanche    08  Nov  9h - 12h  /   14h - 17h

Lundi           09  Nov  9h - 12h /    14h - 17h

Participation 240€

(80€ / journée)

Pourquoi aborder cette thématique me direz vous ? 

Yama et Niyama sont souvent mentionnés ensemble et représentent en quelque sorte les dix commandements yogiques. Les Yamas concernent davantage des règles sociales, où comment se comporter avec les autres, et les Niyama des règles personnelles, où comment agir envers soi-même. Même si les deux systèmes présentent des zones de superposition, les Yamas évoquent clairement le comportement en société et les Nyamas la relation avec soi. 

Les Yamas, qui sont au nombre de 5 : Ahimsa (non violence) ; Satya (vérité) ; Asteya (ne pas voler) ; Brahmacharya (chasteté, modération dans l'utilisation de l'énergie sexuelle) ; Aparigraha (Absence de possessivité ; détachement des biens matériels).

 

Ahimsa : la non violence

 

Le concept de non violence, dans la philosophie indienne, est extrêmement ancien, mais il reste toujours aussi actuel et révolutionnaire. Les théoriciens du yoga, il y a plusieurs millénaires, avaient déjà identifié dans la non violence une condition incontournable pour conduire ce que les philosophes contemporains appellent une vie bonne. 

 

 

Mahatma Gandhi

 

 Ahimsa littéralement signifie "ne pas blesser", dans le sens d'éviter la violence à tous les niveaux : physique, verbal, mental et émotionnel. Même si entre le fait de menacer de frapper quelqu'un et le frapper réellement il y a une différence évidente, la violence physique est souvent précédée par la violence mentale et verbale. 

Toute maltraitance engendre des cycles de haine et d'amertume qui perpétuent la violence. L'agressivité exercée envers les autres revient vers son auteur, parfois sous une autre forme (rejet, prise de distance, inimitié, mépris).

De plus, un esprit rempli de haine ne peut être stable, et cela rend impossible la pratique du yoga.

 

Une fois la violence physique éliminée, on a franchi le premier et on peut s'attacher à éliminer aussi celle verbale. 

Et l'on peut poursuivre cet effacement "à rebours", car en évitant d'utiliser des mots blessants ou cassants on arrive plus facilement à dépurer le mental de toute trace d'ire ou d'agressivité.

 

Finalement, en supprimant les pensées violentes on arrive à contrôler les émotions négatives.

 

Pour le pratiquant de yoga, donc, il est fondamental d'éviter tout acte agressif vis-à-vis d'autrui. C'est tellement important qu'il s'agit du premier point des Yamas.

Dans cet esprit les techniques liées à la CNV ainsi que l'approche globale me semble intéressante pour celles et ceux qui souhaiteraient découvrir cet autre aspect du Yoga et travailler dessus.